Le Gnis (Groupement national interprofessionnel des semences et plants) estime lundi dans un communiqué que « si le rendement moyen des parcelles en multiplication de semences est inférieur aux années précédentes, les surfaces implantées pourront assurer et garantir l'approvisionnement en semences de qualité à l'automne de 2011 ».

« L'une des missions de la filière des semences de céréales est de proposer aux agriculteurs des semences de qualité, quelle que soit l'année », rajoutent les professionnels des semences certifiées.

Pour les semis de 2011, 141.000 hectares assurent la production de semences de toutes les céréales à paille (blé tendre, blé dur, orge de brasserie...).

La répartition géographique des zones de multiplication et la diversité des variétés multipliées réduisent l'impact de la sécheresse et des pluies sur les volumes produits. « Cette année, les 111 stations de semences réparties sur l'ensemble du territoire français commercialiseront plus de 250 variétés différentes », comptent les professionnels.