« En raison des épisodes de sécheresse et avec la politique agricole commune (Pac) actuelle, d’un côté des producteurs de grains vont broyer des parcelles classées en J6S (jachères non exploitables) et d’un autre des éleveurs vont se trouver en déficit de fourrage », explique le syndicat.

« Par pur bon sens, et pour éviter une énième catastrophe que les éleveurs ne pourraient supporter », la Coordination rurale a donc demandé cette autorisation au ministre.

« Les conditions climatiques du début de l’année sont particulièrement défavorables. Les pluies de ces derniers jours ne suffiront pas à combler les déficits en eau, qui se traduiront inévitablement par des déficits en fourrage, et les prévisions météorologiques à moyen terme sont peu encourageantes, explique Bernard Lannes, président de la CR, cité dans le communiqué. A situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles… Espérons que le ministre en ait conscience. »