D'après le BRGM, au 1er juin 2011, la plus grande majorité des réservoirs (79 %) affichent un niveau inférieur à la normale. C'est le cas sur la plus grande partie du Bassin parisien et dans le Sud-Ouest pour plusieurs grands aquifères. Quelques rares situations proches de la normale, sont observées dans les seuls contextes aquifères du Languedoc-Roussillon.

Plusieurs grandes nappes présentent une situation déficitaire :

• la nappe des calcaires de Beauce est en forte baisse en mai 2011. Dans un contexte général de baisse des niveaux depuis 2002, les niveaux piézométriques enregistrés sont largement inférieurs aux normales de saison, ils sont représentatifs de niveaux de crise.

• La nappe de la molasse Miocène accuse à nouveau une forte baisse en mai 2011. Les niveaux sont réellement déprimés, sous les valeurs décennales de basses-eaux, en partie nord (Bas-Dauphiné) et proches de valeurs historiques également en partie sud (Plaine de Valence).

• Les niveaux de la nappe de la Craie sont en baisse en mai 2011, notamment en Basse-Normandie, dans un contexte général de baisse des niveaux depuis 2001. Les niveaux sont largement sous les normales, au plus bas depuis le début des enregistrements.

• La situation de la nappe des calcaires de Champigny reste critique. Les niveaux sont globalement en baisse en mai 2011 et la vidange est en cours pour la grande majorité des points de suivi. Les niveaux sont tous inférieurs aux normales de saison.

• Les nappes des formations karstiques dans la Région Paca : à la Fontaine de Vaucluse, il n'y a pas eu d'épisode de crue durant le mois de mai. Le débit mesuré suit une courbe classique de vidange de la nappe. En mai, le débit moyen est parmi les dix plus faibles valeurs enregistrées depuis 1970. Il est compris entre le débit quinquennal sec (15,5 m³/s) et le débit décennal sec (11,1 m³/s).