L'UE a alloué vendredi plus de 199 millions d'euros (M€) pour soutenir les programmes d'éradication, de contrôle et de surveillance des maladies animales et des zoonoses. L'objectif de ces aides, dont le montant est en baisse de 5 M€ par rapport à l'année précédente, est de renforcer la protection de la santé humaine et animale en 2013.

Les maladies animales ont une incidence sur la santé humaine et animale, ainsi que sur les échanges commerciaux, rappelle le communiqué de la Commission européenne.

L'enveloppe va bénéficier à 137 programmes retenus par l'UE selon la répartition suivante (valeurs approchées) :

• 71 M€ pour la tuberculose bovine,

• 54 M€ pour les encéphalopathies spongiformes transmissibles,

• 25 M€ pour la rage,

• 16,6 M€ pour la salmonellose,

• 7,4 M€ pour la brucellose bovine,

• 2,6 M€ pour la grippe aviaire,

• 2,5 M€ pour la peste porcine classique,

• 1,5 M€ pour la fièvre catarrhale ovine,

• et 1,4 M€ pour la peste porcine africaine en Sardaigne.

A travers ce financement, la Commission souhaite venir en aide aux autorités nationales dans leur volonté de contrôler et éradiquer ces maladies, soutenir la vaccination et mener à bien des programmes de surveillance afin de détecter rapidement les foyers.

Pour la salmonellose, « la deuxième maladie animale qui touche le plus fréquemment l'homme, le nombre de cas n'a cessé de diminuer au cours des cinq dernières années, grâce au cofinancement assuré par l'UE », assure le communiqué.

En outre, grâce aux programmes d'éradication, la rage recule dans les États membres. L'augmentation de son niveau de cofinancement (75 %) continuera d'aider les États membres dans leurs efforts pour éradiquer cette zoonose.