« Le volume de travail non saisonnier, mesuré par le nombre d’heures rémunérées, est en recul de 1,9 % », constatent les dernières statistiques de la MSA sur le troisième trimestre de 2015. Et rien n’augure un possible redressement pour la suite.

La MSA s’interroge : « Les chutes de revenus de 2013 et 2014, qui ont affecté des pans entiers de l’agriculture française, pèsent-elles sur l’emploi salarié ? Il est trop tôt pour l’affirmer, car le recours prédominant à l’emploi en CDD permet des ajustements rapides, qui ne perdurent pas nécessairement », avance-t-elle, dans une note du 6 juin 2016.

Chiffres en hausse dans la transformation

Dans le détail, le recul constaté est plus marqué pour les CDD (-4,6 %) que pour les CDI (-0,7 %). L’emploi saisonnier se tient au contraire plutôt bien, quel que soit l’indicateur retenu (volume horaire : +4,1 % ; masse salariale : +5,1 % ; salaire horaire : +0,9 %).

Seul le secteur de la transformation voit ses chiffres progresser. Là, le nombre d’heures rémunérées des CDI progresse (+0,4 %), ainsi que le nombre de CDI encore en cours en fin de trimestre (+1,2 %). La masse salariale totale conserve une croissance modérée de +0,4 % (CDD - 4,5 %, CDI +1,5 %).

Quant au tertiaire agricole, seules les hausses de salaires pour les CDI permettent d’éviter un recul de la masse salariale sur le papier. L’emploi, lui, est en baisse. Un retour à la crise ?

Alain Cardinaux