Les syndicats agricoles et les élus locaux sont considérés comme les mieux placés pour défendre la ruralité, selon un sondage Ifop réalisé pour la FNSEA en mars 2013 auprès de 1.500 agriculteurs.

Selon 44 % des sondés, les syndicats sont les plus à même de défendre la ruralité, devant les élus locaux (33 %), les associations locales (16 %) et le gouvernement (6 %). 1 % des agriculteurs ont donné une autre réponse.

Par ailleurs, « les syndicats agricoles sont jugés plus proches des problématiques rurales (aménagement du territoire, maintien des services publics,... NDLR) que les élus locaux, alors que le gouvernement en apparaît très éloigné », analysent l'Ifop et la FNSEA.

Ainsi 58 % des agriculteurs interrogés (et qui se sont exprimés, le sondage n'indique pas combien d'entre eux n'ont pas répondu à la question) estiment que les syndicats agricoles prennent bien en compte les problématiques rurales. Ils ne sont que 45 % à le penser pour les élus locaux, et seulement 17 % pour ce qui est de l'action du gouvernement.

Il ressort également de ce sondage que « l'emploi et le commerce de proximité sont déterminants pour améliorer l'attractivité des territoires ruraux ».

Le sondage a été réalisé du 7 au 15 mars 2013 sur le terrain ou par téléphone selon la méthode des quotas, auprès d'un échantillon de 1.505 exploitants agricoles, représentatif des exploitations agricoles professionnelles françaises.