Une note de service, mise en ligne vendredi par le ministère de l'Agriculture, met fin à la période de surveillance du virus de Schmallenberg organisée par la Direction générale de l'alimentation (DGAL). Les fiches de suspicions des cas confirmés depuis le 1er juillet 2012 doivent être transmises à l'Anses.

« La surveillance de la maladie de Schmallenberg, définie dans le cadre des travaux de la Plate-forme nationale d'épidémiosurveillance en santé animale (Plate-forme ESA) et pilotée par la Direction générale de l'alimentation, est arrêtée à partir de ce jour », indique la note de service en date du 10 octobre 2012.

« Cette maladie ne fait, à ce stade, l'objet d'aucune réglementation nationale, cela en cohérence avec les positions adoptées par les instances internationales au niveau européen et au niveau de l'Organisation mondiale de la santé animale (OIE). »

« Il ne doit plus y avoir de prise en charge financière de prélèvements ou d'analyses relatifs au diagnostic de la maladie de Schmallenberg, ni d'action de la part des directions départementales en charge de la protection des populations (DDecPP). »

A télécharger :