Pas seulement des paroles et des incantations, il faut des actes, ont demandé jeudi la FNSEA et JA lors d'une rencontre avec la presse à l'occasion de la publication des revenus de 2012. En cette période de campagne pour les élections aux chambres d'agriculture, les deux syndicats en ont profité pour rappeler leurs revendications et leurs attentes vis-à-vis du gouvernement.

Compte tenu des grands écarts de revenus entre productions « et une hausse des charges très préoccupante, en particulier dans le secteur de l'élevage », FNSEA et JA demandent comme une « priorité absolue » de « défendre des outils de régulation dans la prochaine Pac ».

D'abord, en négociant une « boîte à outils » adaptée, autorisant des mécanismes contracycliques qui permettraient une flexibilité dans laquelle « 10 à 15 % des soutiens du premier pilier pourraient être reportés d'une production à l'autre » en fonction de la conjoncture. Ensuite, avoir de la réactivité « avec un budget de crise supérieur à 2 millions d'euros ». FNSEA et JA souhaiteraient que le ministre de l'Agriculture, Stéphane le Foll, défende cette position dans les négociations de la Pac.

« Le ministre doit nous donner un coup de main pour la mise en place du Fonds de solidarité céréaliers-éleveurs » pour lever toute ambiguïté sur les cotisations et toute confusion avec le procès de Toulouse, indiquent les deux syndicats.

Autres sujets sensibles : la directive nitrates et le blocage des décisions pour le stockage de l'eau, sujets explosifs selon Xavier Beulin, qui a appelé Stéphane le Foll à « s'émanciper de la ministre de l'Ecologie ».

Enfin, pour les relations commerciales, les syndicats attendent beaucoup des groupes de travail sur la LME (loi de modernisation de l'économie).

Visionnezl'interview de Xavier Beulin.

S.B.