« Nous donnerons aux chambres d'agriculture la maîtrise d'ouvrage sur les retenues d'eau. Nous supprimerons le recours administratif une fois qu'elles sont construites », a affirmé Bruno Le Maire, ministre de l'agriculture, en clôture d'une session des chambres d'agriculture, mercredi à Paris.

Ce qui n'était encore qu'un projet a été affirmé par Bruno Le Maire, lors d'un discours devant la session des chambres d'agriculture à Paris, le 21 décembre : « Nous donnerons aux chambres d'agriculture la maîtrise d'ouvrage sur les retenues. Nous supprimerons le recours administratif une fois que les retenues d'eau sont construites ». Cette gestion au plus près du terrain sera un exemple de « bon sens », dans un pays champion - a fustigé le ministre lui-même - de « la complexité administrative et de l'application tatillonne des règles »...

Le ministre, qui se félicite d'être « craint et respecté » et d'avoir « repris le leadership » dans les instances européennes, s'attaquera entre autres au dossier du verdissement de la Pac : « Il ne convient pas en l'état. Je veux un dispositif simple et incitatif », a-t-il affirmé.

Bruno Le Maire a encore expliqué ses trois chantiers tant qu'il sera aux commandes : faire baisser davantage le coût du travail, poursuivre l'organisation des filières, encourager la recherche et l'innovation.

SB