Le conseil général du Tarn a décidé vendredi de « redimensionner le projet initial » de retenue d'eau à Sivens. Aussitôt après, les forces de l'ordre évacuaient les derniers zadistes.

La décision, votée par 43 voix sur 46, a été prise alors qu'une extrême tension régnait sur le site depuis le début de la semaine entre pro- et anti-barrage, sous la surveillance de 300 gendarmes.

Dans son vote, l'assemblée départementale a décidé de « redimensionner le projet initial », qui avait été de toute façon enterré par Ségolène Royal à la mi-janvier. Ce vote a été acquis par le même score massif que lors du vote pour le projet initial en mai 2013.

Les élus accèdent ainsi à des demandes répétées de la ministre de l'Ecologie, qui avait insisté sur le « surdimensionnement » du projet de 1,5 million de mètres cubes, mais ils ne donnent pas d'indication sur la réduction de volume de la retenue.

Mme Royal avait proposé deux solutions de remplacement au projet initial : une diminution de moitié de la retenue pour la ramener à 750.000 m³d'eau, et située toujours à Sivens mais 330 mètres en amont, ou la création de quatre retenues plus petites.

Le président du conseil général, le socialiste, Thierry Carcenac, a cependant indiqué peu avant le vote que le deuxième scénario était trop coûteux et long à réaliser. M. Carcenac a annoncé à l'AFP que des études complémentaires allaient être menées. « Nous verrons où ce redimensionnement se positionnera », a-t-il expliqué, ajoutant qu'il existait une « marge de manoeuvre de plus ou moins 10 % » sur la contenance de l'ouvrage par rapport aux 750.000 m³ évoqués par le ministère de l'Ecologie.