C'est un « document de travail non validé » qui a été transmis aux membres du Comité de projet, qui ont travaillé avec les deux experts nommés par Ségolène Royal, ministre de l'Ecologie, sur le projet de retenue de Sivens (Tarn). Cinq scénarios y sont proposés.

Selon La Dépêche du Midi qui s'est procuré le document, la première hypothèse reste celle de départ, avec une retenue de 1,5 million de mètres cubes d'eau pour un coût total de 8,8 M€ HT.

Le deuxième scénario prévoit le redimensionnement du projet à 750.000 m³. Il resterait à l'endroit prévu (5 M€ HT) ou se ferait 330 m en amont (7,5 M€ HT).

La troisième idée consiste à pomper dans le Tarn, pour le soutien d'étiage au Tescou (7,5 M€ HT), et supprime tout projet de retenue.

La création de quatre retenues étanches, latérales et alimentées par pompage, pour assurer le soutien d'étiage et l'irrigation, est aussi étudiée, pour un volume total de 750.000 m³ (6,5 M€ HT).

Enfin, le cinquième scénario préconise d'utiliser les retenues collinaires existantes, pour minimiser la création de nouvelles retenues latérales, pour un volume de 650.000 m³ (5,5 M€ HT).

Les chambres d'agriculture du Tarn et du Tarn-et-Garonne constatent que « seul le projet initial de Sivens est pertinent ». « C'est le seul efficient sur le soutien d'étiage et la substitution des volumes d'irrigation, le moins coûteux, aussi bien pour l'investissement que pour le fonctionnement, et le seul qui garantit une réalisation à court terme ».

Ségolène Royal devait recevoir les acteurs concernés, ce vendredi, au ministère de l'Ecologie pour « faire le point ».

Florence Jacquemoud