Les principaux acteurs de la restauration collective (1) se sont engagés à « mutualiser leurs efforts pour atteindre les objectifs fixés par la loi portant sur l’alimentation, du 30 octobre 2018, dite loi EGA ou EGAlim ». Cette dernière les oblige à proposer des repas composés d’au moins 50 % de « produits durables et de qualité », dont au moins 20 % de produits biologiques, d&rsquo...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
20%

Vous avez parcouru 20% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !