Sous sa fine silhouette, Patricia Tronche, cinquante et un ans, cache une sacrée force de caractère. En 1993, l’agricultrice reprend la ferme de sa belle-mère à Lanteuil, en Corrèze, mêlant veau de lait, broutards et maraîchage. Trois ans plus tard, elle se lance en parallèle dans l’exploitation d’une châtaigneraie datant de la Révolution française. Mais, il y a une dizaine d’années, une...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
20%

Vous avez parcouru 20% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !