Suite à la publication mi-juillet par Jean-Paul Delevoye, le Haut-commissaire à la réforme des retraites, la Coordination Rurale reste globalement dubitative. Cette présentation se veut délibérément optimiste, suspecte-t-elle, et « n’apportera aucune amélioration de la situation des retraités non-salariés agricoles, leur revenu se situant au plus bas de toutes les catégories sociales. La mutualisation des cotisations n’est pas objectivement prévue. »

La Coordination rurale conteste également le principe de cotisation minimum pour les indépendants, qui entraîne qu’un revenu nul ou négatif reste générateur de cotisations. Cela dit, les agriculteurs paieraient cette cotisation minimum d’environ 1 500 €, soit 300 € de moins par rapport à la cotisation minimale actuelle (1 800 €).

Le syndicat relève toutefois la recherche d’équité entre salariés et indépendants. Le calcul d’une assiette brute de cotisation sera calculé à partir d’un abattement forfaitaire appliqué au revenu déclaré comptablement, avant prélèvements sociaux. En contrepartie d’une hausse de la cotisation retraite, les indépendants paieront ainsi moins de CSG.

S.B.