La Coordination rurale et sa section spécialisée OPG (Organisation des producteurs de grains) proposent de « collaborer immédiatement à l’élaboration d’un plan d’allègement des charges » dans un contexte « d’extrême gravité de la situation économique des producteurs de grains », indiquent elles dans un communiqué paru jeudi.

« C’est une grave crise qui se profile pour les grandes cultures, estiment les syndicats. Les récoltes en cours confirment les craintes émises sur le terrain suite aux excès de pluviométrie de juin. Les rendements sont très bas, les qualités sont menacées de déclassement et les prix des marchés sont bien en deçà des coûts de revient. Aujourd’hui, de nombreux agriculteurs se demandent comment ils vont boucler leur trésorerie pour envisager les prochains semis.» Selon eux, l’année 2016/2017 s’annonce comme « la pire » en termes d’exercice comptable.

« Un état de gravité jamais atteint »

« Le moral des agriculteurs n’y est plus, indique Nicolas Jaquet, président de l’OPG. Le financement des opérations de semis d’automne devient compliqué. Certains collègues m’ont même confié envisager de laisser une partie de leur ferme sans culture ! Nous avons besoin d’urgence de signaux de solidarité de la part de nos partenaires (coopératives, MSA, phytochimie, semenciers…) ».

La CR et l’OPG demandent donc :

• une année blanche pour les remboursements d’emprunt ;

• une année de suppression de la taxe foncière sur le non bâti ;

• des prêts de trésorerie au taux de 0 % (intérêts pris sur les minimis) ;

• la suppression des taxes et CVO.

« Il est urgent d’agir : la situation des producteurs de grains est dans un état de gravité jamais atteint », juge la CR et l’OPG.

I.E.