FranceAgriMer et Arvalis ont publié leurs estimations des récoltes, mardi, dans un communiqué. Le blé tendre présente des rendements hétérogènes, mais dans la moyenne, avec une production qui serait légèrement supérieure à 35 millions de tonnes (Mt). En terme de qualité, la plupart des régions annoncent des teneurs en protéines supérieures à 11% en moyenne, voire 12%. Les orges d'hiver et de printemps sont en retrait par rapport à 2009 (10,4 Mt). En colza, la production est évaluée à 4,6 Mt, en retrait aussi par rapport à 2009.

Les résultats de l'enquête réalisée par Arvalis et FranceAgriMer:

Blé tendre. Les récoltes sont terminées dans la majeure partie de la France, elles sont toujours en cours dans l'Est, le Nord et sur la bordure maritime de la Manche. L'estimation de la production est légèrement supérieure à 35 Mt. Le rendement moyen national, évalué à 71 q/ha, serait proche de la moyenne quinquennale (71,2 q/ha).

Le climat en cours de campagne a engendré une grande hétérogénéité de rendements. La sécheresse survenue durant la montaison a impacté les cultures et n'a pas toujours permis une bonne valorisation des apports d'azote. L'effet type de sol est donc marqué : les parcelles en sols séchants ont été plus particulièrement pénalisées, tandis que les terres plus profondes obtiennent de meilleurs résultats.

Dans les deux tiers Sud du pays, le rendement moyen se situe autour de 65 q/ha avec des extrêmes à 40 et à 90 q/ha. Ils déçoivent notamment en Poitou-Charentes et Pays de la Loire. En revanche, les résultats sont meilleurs qu'attendus en Bourgogne et en Franche-Comté. Quant au Sud-Ouest, après des résultats décevants en 2009, il retrouve cette année un très bon niveau de rendement. La moyenne est compris entre 70 et 90 q/ha, de la Beauce au nord du pays, avec là encore des écarts importants.

En terme de qualité, la plupart des régions annoncent des teneurs en protéines supérieures à 11% en moyenne, voire 12%. Elles sont toutefois un peu plus faibles qu'habituellement dans le Sud-Ouest, en raison d'apports d'azote parfois insuffisants. Sur l'ensemble du pays, les poids spécifiques sont très bons, dépassant généralement 78 kg/hl en moyenne. Quelques baisses sont constatées pour les blés récoltés après des passages pluvieux. Enfin, il n'y a pas à ce jour de problème signalé de germination sur pied.

Blé dur. Les récoltes sont terminées et avec un rendement moyen de 49 q/ha, la production estimée est proche des 2,5 Mt. On observe, comme en blé tendre, une hétérogénéité de rendements dans la plupart des régions.

Dans le Centre et l'Ouest, le climat sec durant la montaison a fortement contribué à diminuer le nombre d'épis et les rendements sont généralement compris entre 50 et 60 q/ha. Dans le Sud-Est, les rendements dépassent 35 q/ha en moyenne, avec des extrêmes de 20 à 70 q/ha. Les moins bonnes parcelles ont été pénalisées par l'excès d'eau hivernal, le piétin échaudage en blé sur blé, mais aussi par une moindre utilisation de fongicides et d'azote par les agriculteurs. Enfin, comme en blé tendre, le Sud-Ouest obtient de très bons rendements en blé dur, compris entre 50 et 60 q/ha en moyenne.

La récolte est globalement de très bonne qualité. Les poids spécifiques dépassent ainsi 80 kg/hl en moyenne dans la plupart des régions. Les teneurs en protéines sont également d'un bon niveau dans les régions de l'Ouest et du Centre, de 14% à plus de 15% en moyenne. Elles sont en revanche plus faibles dans le sud de la France, avec des teneurs généralement comprises entre 13 et 14%. Dans tous les cas, peu de mitadinage est signalé et la moucheture est très peu présente.

Orges.Toutes orges confondues, la production est évaluée à 10,4 Mt. Les récoltes d'orge d'hiver sont terminées et la production est estimée à 7,7 Mt. Comme les autres céréales, les orges ont été impactées par les conditions séchantes en cours de montaison et d'importants écarts de rendements sont constatés au sein des régions.

Ces derniers sont donc en retrait par rapport à 2009 sur la majeure partie du territoire, même s'ils apparaissent plutôt bons en Midi-Pyrénées. Les meilleurs résultats sont observés en bordure maritime de la Manche, ainsi qu'au nord et à l'est de la France, avec des moyennes proches des 70 voire 80 q/ha.

Les orges brassicoles sont globalement de bonne qualité. Les teneurs en protéines sont généralement contenues entre 9 et 11,5%, mais quelques lots peuvent dépasser 11,5%. Les poids spécifiques sont très bons, presque toujours supérieurs à 65 kg/hl en moyenne voire supérieurs à 68 kg/hl. Les calibrages dépassent 70% et même souvent 80%.

Les récoltes d'orge de printemps sont en cours dans le nord de la France et la production est estimée à 2,7 Mt. Là encore, les rendements apparaissent généralement inférieurs à ceux de 2009 et hétérogènes.

Sur le plan qualitatif, les calibrages sont bons à très bons, souvent supérieurs à 90%. Les teneurs en protéines moyennes sont souvent situées autour de 11%, mais quelques valeurs supérieures à 11,5% peuvent être observées dans le Centre et le Centre-Ouest. Les poids spécifiques sont toujours d'un bon niveau.

Pois. Les récoltes sont en cours dans le nord de la France et sur la bordure maritime de la Manche mais la production est estimée à plus de 1 Mt, du fait de la forte augmentation des surfaces.

Les rendements se situent entre 20 et près de 60 q/ha sur l'ensemble des régions de production avec une moyenne nationale à 45 q/ha. Les cultures ont été pénalisées en Poitou-Charentes qui affiche un rendement moyen de 35 q/ha. Les meilleurs résultats sont observés dans le nord du pays avec des moyennes dépassant toujours 45 q/ha. Dans tous les cas, des hétérogénéités sont constatées dans les régions.

Colza. Les récoltes sont toujours en cours dans le nord de la France et sur la bordure maritime de la Manche et la production est estimée à 4,6 Mt.

Les rendements sont en retrait par rapport au record de 2009 et des écarts importants sont observés dans les régions. Ceci est particulièrement vrai en Poitou-Charentes, où le rendement moyen atteint à peine 25 q/ha du fait de problèmes d'implantations de parcelles et de parasitisme. Dans le reste de la France, les rendements sont compris entre 30 et 40 q/ha, les maxima étant observés en Picardie et Nord-Pas-de-Calais.

Lire également: