Selon les estimations d’Agritel, « les besoins en trésorerie des exploitations céréalières françaises vont exploser ». D’abord parce que la récolte de 2016 s’annonce très décevante pour les orges d’hiver et le blé tendre, explique Agritel lundi dans un communiqué, avec un produit moyen de 910 €/ha pour 2016 sur la base de 7 t/ha et un prix de 130 €/t.

Or, selon Agritel, l’ensemble des charges à couvrir en blé est de 1 320 €/ha (aides Pac déduites et rémunération de l’exploitant et charges de remboursement comprises). Soit un besoin de trésorerie de plus de 400 €/ha pour les exploitations céréalières françaises pour pouvoir atteindre la récolte de 2017. « Cette estimation sera malheureusement encore plus défavorable dans de nombreuses exploitations, notamment dans les régions particulièrement touchées par les intempéries », prédit Agritel

S.B.