La fédération France Nature Environnement (FNE) a indiqué, vendredi, qu'elle ne participerait finalement pas aux tables rondes où elle était invitée au Salon de l'agriculture, « par souci d'apaisement », après la polémique soulevée par sa campagne d'affichage dans le métro parisien.

« Nous avons décidé, en accord avec ceux qui nous invitaient, de ne pas participer aux trois tables rondes où nous étions invités, dimanche, lundi et mercredi, par souci d'apaisement », a indiqué Benoît Hartmann, porte-parole de FNE).

Lancée mardi dans trois stations de métro, la campagne d'affichage de FNE sur les OGM, les pesticides et les algues vertes a été qualifiée mercredi de « scandaleuse » par le ministre de l'Agriculture, Bruno Le Maire.

« Ce n'est pas une rupture de dialogue, mais on considère qu'on ne sera pas dans des conditions sereines pour débattre », a ajouté Benoît Hartmann, en précisant que FNE, depuis le lancement de la campagne, avait reçu des courriers d'insultes ainsi qu'un courriel contenant des menaces de mort.

« Avec cette campagne, on a réussi à inviter l'environnement à la table des négociations. Nous, notre but est de débattre, mais pas de venir pour mettre de l'huile sur le feu », a-t-il ajouté.

Lire également :