Les chartes d’engagement relatives à la protection des personnes lors de l’utilisation de produits phytosanitaires à proximité des lieux d’habitation sont « un échec annoncé », selon Générations Futures, qui a dévoilé le 17 octobre un rapport « expliquant pourquoi il y a de grandes chances pour que les choses n’évoluent pas favorablement pour les populations exposées aux pesticides ».

L’ONG réclame des mesures plus fortes d’information du public avant les pulvérisations, et des distances minimales largement supérieures à celles prévues par les chartes (entre 3 et 5 mètres). « Les mesures proposées ne sont pas à la hauteur des enjeux. Les décrets et arrêtés sont très loin de ce que nous demandons depuis de nombreuses années, notamment zéro pesticide à moins de 150 m de tous les lieux de vie », peut-on lire dans ce rapport. « Pour la première fois, il est enfin question de la mise en place de distance de sécurité – mais ridiculement faibles – qui démontrent que dans l’état actuel des choses, les riverains ne sont pas protégés. »

Le gouvernement a promis de prendre en considération les 50 000 avis recueillis par la consultation publique avant de publier les textes définitifs pour une entrée en application au 1er janvier 2020. Et Générations Futures de répondre « qu’il est à craindre que, malgré l’engouement des citoyens à répondre à la consultation, les textes restent en l’état ce qui serait catastrophique pour le dialogue localement, et inacceptable, car bien loin de répondre aux attentes des citoyens. »

J. Papin

À lire aussi à ce sujet :