Pour 33 % des agriculteurs, aucun acteur de la filière ne s'implique dans la protection de leur santé vis-à-vis de l'utilisation des produits phytosanitaires. Il n'étaient que 11 % à le penser lors de l'édition 2011 de ce sondage réalisé par l'institut ADquation pour le magazine Agrodistribution de janvier.

Source : magazine Agrodistribution

A l'inverse, 40 % des exploitants agricoles répondaient en 2011 que la Mutualité sociale agricole (MSA) s'impliquait dans la protection de leur santé par rapport à l'utilisation des produits phytosanitaires, alors qu'ils ne sont plus que 22 % à le penser en 2014.

Les distributeurs ont eux légèrement progressé dans ce sondage, passant en trois ans de 18 % à 20 % des répondants qui estiment qu'ils s'impliquent dans la protection de la santé des agriculteurs. Les Chambres d'agriculture progressent également un peu, passant de 6 % à 8 % des exploitants agricoles qui les pensent investies dans ce domaine.

Une famille par jour contacte Phyto-victimes

Paul François, président de l'association Phyto-victimes, s'inquiète des résultats de ce sondage, notamment pour la MSA. « Une telle baisse, c'est inquiétant. Cela montre qu'il faut continuer à plus communiquer, sur la prévention et sur la prise en charge quand survient un problème de santé lié à l'utilisation de produits phytosanitaires », explique-t-il à Agrodistribution.

Il précise son ressenti du terrain via son association. « On voit bien leur désarroi quand ils contactent Phyto-victimes. En moyenne, en ce moment, on a une famille par jour qui nous contacte », précise Paul François.

______

Enquête réalisée par téléphone les 4 et 5 décembre 2014 auprès de 402 chefs d'exploitation agricole ayant au moins 50 ha de surface agricole utile (SAU). Echantillon représentatif à 97 % des exploitations de plus de 50 ha de SAU.