La Cour des comptes européenne a dévoilé le 14 mars son rapport sur le système de contrôle des produits biologiques au sein de l’Union européenne (UE).
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
26%

Vous avez parcouru 26% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !

La Cour des comptes européenne a dévoilé le 14 mars son rapport sur le système de contrôle des produits biologiques au sein de l’Union européenne (UE).

Lenteur et manque d’harmonisation

Un précédent rapport avait été réalisé en 2012. La Cour estime qu’en 7 ans le système s’est amélioré et que les recommandations formulées à l’époque ont été globalement suivies. Elle constate cependant que certains organismes de contrôle étatique ont tardé à communiquer sur des cas de produits non-conformes et que les mesures de sanction visant les manquements aux obligations de contrôle n’ont pas été harmonisées au sein de l’UE. La Cour recommande de remédier aux faiblesses qui subsistent dans les systèmes de contrôle des États et dans la communication des informations interétatiques.

+ 70 % des surfaces bios en 10 ans

Les représentants de la filière agricole (Copa-Cogeca), se sont félicités de ce rapport. « Le maintien d’un système de contrôle robuste est essentiel pour notre secteur bio européen rapide et dynamique ». Ils rappellent que la superficie consacrée à l’agriculture biologique dans l’UE a augmenté de 70 % au cours des dix dernières années, tandis que les ventes au détail de produits biologiques ont atteint 34 milliards d’euros en 2017.

Importations et traçabilité

Le rapport dévoile que la grande majorité des produits bio consommés dans l’Union européenne sont produits au sein même de l’UE. Pour les produits importés, 80 % sont certifiés par des organismes de contrôle « reconnus équivalents ». Si la Commission a commencé à effectuer des visites auprès de ces organismes de contrôle reconnus équivalents, la Cour lui recommande d’améliorer la surveillance des importations, notamment en renforçant la coopération avec les organismes d’accréditation et avec les autorités compétentes d’autres grands marchés d’importation et de procéder à des contrôles de traçabilité plus complets.

B.Q.