En janvier 2013, les prix de production des produits agricoles s'effritent globalement (-0,6 % par rapport à décembre 2012) mais, sur un an, ils progressent de 11,7 %. Des chiffres moyens qui dissimulent une grande diversité de situations selon les productions.

Le prix des céréales baisse en janvier (-4,4 %). « Plusieurs opérateurs financiers ont procédé à des ordres de ventes massives en fin d'année et en début du mois, considérant comme peu probable une hausse future des cours des céréales », explique l'Insee dans une note statistique (1).

Le prix des oléagineux a décru légèrement en janvier (-0,6 %), « sous l'effet du recul du prix du tournesol, dû à la faiblesse de l'activité de trituration de cette graine ».

En janvier 2013, « le prix de la pomme de terre double par rapport à la même période de l'année dernière (+114,2 %), du fait de la faiblesse de l'offre en Europe du Nord. Les intempéries du mois d'août ont gâté près d'un cinquième des récoltes en Angleterre et généré également un déficit de production important aux Pays-Bas et en Belgique. En France, le temps sec du mois de septembre a entraîné une diminution des rendements. »

« Le prix des vins évolue peu en janvier (+0,2 %). Les vins de consommation courante affichent cependant un prix en hausse de près de 8 % sur trois mois, des vendanges moins importantes ayant entraîné une baisse de la production. »

« Le prix des fruits frais croît fortement en glissement annuel (+44,5 %). Les prix de la pomme et de la poire augmentent particulièrement, respectivement de 57 % et de 31 %, en raison d'une forte baisse de la production à l'échelle de l'Europe. »

« Le prix des légumes frais augmente en glissement annuel (+29,5 %). Le prix de l'oignon rebondit depuis le début de sa campagne de commercialisation, du fait d'une récolte moins abondante que la précédente. Du côté de la demande, la consommation intérieure est soutenue pour le poireau et l'endive. »

« En données corrigées des variations saisonnières, le prix des animaux augmente globalement en janvier (+1 %). Le prix des ovins continue de baisser sous l'effet de la concurrence étrangère et d'une demande atone, perdant près de 6 % sur trois mois. Le prix des oeufs décroît sensiblement à la suite du rebond de la production (-16 %). »

« Le prix des consommations intermédiaires est quasi stable en janvier (+0,2 %), tout comme le prix des investissements (+0,1 %). Le prix des aliments pour animaux augmente de plus de 20 % sur un an. »

_____ 

(1) « Les prix agricoles à la production diminuent en janvier », Informations Rapides n° 51, 28 février 2013, Insee.