La Commission européenne, gardienne de la concurrence dans l'UE, a donné mardi son feu vert à la création d'une entreprise commune de production de bioéthanol par le géant anglo-néerlandais des hydrocarbures Shell et le premier producteur brésilien d'éthanol Cosan.

La co-entreprise, dont la création a été annoncée en février par Shell Brazil Holding B.V. et Cosan S.A. Indústria e Comércio, doit avoir une capacité de production annuelle de deux milliards de litres d'éthanol, ce qui en fera l'un des plus gros producteurs mondiaux.

L'entreprise commune assurerait au Brésil et à l'échelle mondiale la vente et la commercialisation du sucre et de l'éthanol. Mais ses activités comprendraient également la mise au point de technologies de production de l'éthanol et l'octroi de licences dans ce domaine, la fourniture, la distribution et la vente de carburants pour les transports au Brésil, ainsi que la production et la vente d'électricité cogénérée dans les installations de production de sucre et d'éthanol de l'entreprise commune au Brésil.

Après examen de l'opération, la Commission a estimé qu'elle « n'entraverait pas de manière significative le jeu d'une concurrence effective dans l'Espace économique européen (EEE) ou une partie substantielle de celui-ci », a-t-elle indiqué dans un communiqué.

« Étant donné qu'il existe un nombre considérable d'autres fournisseurs et que tant l'entreprise commune que Shell détiennent des parts limitées du marché en amont et en aval », la Commission a conclu que « l'opération envisagée ne posera pas de problèmes de concurrence ».

L'activité essentielle de Cosan est la production et la commercialisation de sucre et d'éthanol au Brésil, la cogénération d'électricité à partir de canne à sucre, la distribution de carburants ainsi que la production et la distribution de lubrifiants dans ce pays.