Trois sites sont touchés : au Mans (Sodiaal) et, dans la Loire-Atlantique, à Ancenis (Terrena) et Herbignac (Agrial), selon les sources syndicales. Selon la police, la laiterie Agrial de Moyon (Manche) était aussi bloquée mercredi matin par une douzaine d’agriculteurs et quelques tracteurs.

Au Mans, une dizaine d’éleveurs empêchaient tout produit fini de sortir du site de Sodiaal, une action qui avait commencé mardi, a-t-on appris auprès de la FDSEA.

Mardi soir, plusieurs dizaines de manifestants étaient présents au Mans, et une rencontre a eu lieu avec le président de région de la coopérative, Didier Loiseau, « mais cela s’est traduit par un dialogue de sourds, et ce n’est pas satisfaisant pour nous », a commenté le responsable de la section laitière pour la Sarthe de la FDSEA, Gislain de Viron.

« Aujourd’hui, le prix du lait se situe entre 30 et 31 centimes d’euro le litre, mais il faudrait 35 centimes », a-t-il ajouté. « On ne pourra pas demander à Danone par exemple de remonter les prix si les coopératives, qui appartiennent aux éleveurs, ne montrent pas l’exemple », a-t-il dit.

« Il y a un désarroi complet dans les campagnes », a assuré Christophe Sablé, éleveur à Herbignac, où le site d’Agrial était bloqué. « Mais on ne perd pas espoir », a-t-il poursuivi.

Soutien de la Confédération paysanne

Dans un communiqué publié ce mercredi, la Confédération paysanne « soutient les éleveuses et les éleveurs de l’Ouest en lutte pour une réévaluation du prix du lait. Cette lutte concerne tous les éleveurs européens, qu’ils soient coopérateurs ou collectés par des privés ».

« Depuis la mise en place de la contractualisation individuelle et de la fin des quotas, toute tentative de négociation durable sur le prix du lait est dans l’impasse. Le pouvoir politique doit donc assumer son rôle d’arbitre, c’est ce que la Confédération paysanne a porté auprès de la conseillère agricole de l’Élysée, Audrey Bourolleau, hier soir. Pour cela l’Observatoire de la formation du prix et des marges doit sortir de son mutisme. L’achat du prix du lait en dessous de son prix de revient doit être interdit », déclare la Confédération paysanne.

Lire également :

Prix du lait : bras de fer avec les coopératives (13 juin 2017)

Avec l’AFP