Les syndicats FDSEA et JA Deux-Sèvres ont pris le relais de leurs collègues de la Manche et de la Dordogne, en manifestant ce mercredi 15 février 2017 dans les supermarchés Géant de Niort Mendes France et Intermarché de Niort. De 25 à 30 éleveurs, selon les organisateurs, étaient présents pour constater les promotions sur les produits laitiers (beurre, fromage et lait demi-écrémé).

« Nous avons fait du stickage sur des produits que nous considérons non rémunérateurs, détaille David Renaud de JA79. Nous maintenons la pression. » Ces actions s’inscrivent dans le contexte des négociations commerciales annuelles entre industriels laitiers et grande distribution, qui s’achèveront le 28 février, au moment du Salon de l’agriculture.

Objectif : 350 €/1 000 l

Les éleveurs ont pu discuter avec les responsables des deux magasins. « Nous avons bien expliqué : une année ça va, deux c’est compliqué, trois ça ne peut pas passer, prévient David Renaud. Au niveau des négociations commerciales nationales, si jamais les tarifs repartent à la baisse, ça ne se passera pas très bien pour un certain nombre de personnes. » Le ton est ainsi donné. Leur réclamation est simple : « Les producteurs sont au plus mal, ils demandent que le litre de lait leur soit payé 35 centimes. »

Conséquences de la crise

Le syndicaliste illustre les difficultés des éleveurs laitiers, de son département en particulier, avec des chiffres alarmants. « Aux dernières nouvelles, aucune installation n’est prévue en 2017 en élevage laitier. L’année dernière, 30 ateliers laitiers ont fermé contre seulement 7 installations », présente David Renaud. « Aujourd’hui, on annonce un revenu prévisionnel moyen pour 2016 de 2 500 euros contre 15 000 euros en 2015 (élevage de plaine) », au niveau national, précise le communiqué du syndicat.

M.B.