Le 12 décembre 2013, tous les maillons de la filière laitière se sont retrouvés au siège de l'interprofession : FNPL (Fédération nationale des producteurs de lait – FNSEA), Confédération paysanne, OPL (organisation des producteurs de lait – Coordination rurale), FNCL (Fédération des coopératives laitières), Fnil (industriels privés) et les enseignes de la grande distribution.

Aucun engagement concret n'en est sorti à court terme, les interlocuteurs « prenant date » pour des rencontres régulières à partir de 2014 : fin de février, fin de juin et fin d'octobre.

« Nous devons travailler sur la valeur ajoutée et son partage », explique André Bonnard, de la FNPL.

A court terme, tout le monde a convenu que pour 2013, la base de calcul a intégré la médiation. Il reste à traduire ce constat dans les contrats et les prix du lait : il manque entre 5 et 10 euros par 1.000 l chez certains industriels...

La Confédération paysanne a réitéré la nécessité de « prendre en compte dans les contrats (producteurs/transformateurs et transformateurs/distributeurs) les coûts de production », a expliqué Laurent Leray. Le syndicat estime également que les transformateurs ne doivent pas s'exonérer de leur responsabilité sur ce sujet.

E.C.