En octobre, les prix agricoles à la production ont augmenté de 0,3 % en glissement annuel, indique une note de conjoncture Agreste du ministère de l’Agriculture publiée le 30 novembre. Les prix à la consommation ont, qua tà eux, augmenté de 2,2 % sur la même période.

Explosion du prix des œufs

La hausse des prix à la production est portée par les activités d’élevage. Notamment les œufs qui enregistrent une hausse de 63 % des prix. La note Agreste explique ce phénomène par « une demande importante en œufs français de la part des pays européens touchés par le scandale du fipronil ».

Bonne nouvelle également du côté des gros bovins avec des cours qui passent au-dessus de la moyenne des cinq dernières années pour la première fois depuis plusieurs mois. La progression sur un an s’établit à 8,5 %. En porcins par contre, la baisse sur les douze derniers mois dépasse les 10 % pour la deuxième fois consécutive. Les ovins enregistrent aussi une baisse, mais moins forte, à hauteur de –1,3 %. En volailles, les prix restent stables.

La chute s’amplifie pour les grandes cultures

Du côté végétal, les fruits sont la seule catégorie à profiter d’une hausse. L’orge voit son prix augmenter de près de 12 %, mais c’est la seule production en grandes cultures à avoir une évolution positive. Les cours du blé perdent 3,3 %, ceux du maïs de 8,4 %. Même tendance pour les oléagineux, le colza est en baisse de 7,4 % et le tournesol de 14,1 %. La pomme de terre enregistre l’une des plus grosses chutes du mois d’octobre avec une baisse de 30,5 %. La diminution est de 11,3 % pour les légumes.