Une trentaine de militants de la Confédération paysanne ont investi, mercredi soir, les locaux parisiens de Coop de France pour protester contre les modalités de l'aide de 60 euros par jeune bovin. Ils en ont été évacués, dans la soirée, par les forces de l'ordre.

L'action de la Confédération paysanne visait à dénoncer les modalités de la prime de 60 euros par jeune bovin, a expliqué Gérard Durand, secrétaire national en charge de l'élevage.

Alors qu'il est prévu de la réserver aux élevages qui font abattre au moins 50 jeunes bovins par an, la Confédération demande qu'elle soit au contraire plafonnée à 50 UGB et ouverte à tous les types d'engraisseurs.

« Cette aide est totalement discriminatoire car il n'y a que les gros élevages qui peuvent en bénéficier. Trop de gens restent au bord de la route », a estimé Gérard Durand.

Dans un communiqué, Coop de France assure que « jamais » la Confédération ne l'avait saisie de ce dossier. Elle précise que son président, Philippe Mangin, absent de Paris, s'est entretenu par téléphone avec Philippe Collin, porte-parole de la Confédération paysanne, pour lui proposer une « séance de travail à tenir dès le début de la semaine prochaine », mais que « la Confédération paysanne n'a pas souhaité donner suite à cette proposition ».

Lire également :