Pour l’AFPTS, cela passe notamment par l’arrêt de la « prolifération » de la grande distribution. Elle demande ni plus, ni moins que « l’abrogation de la loi de modernisation de l’économie (LME) » et « le gel de toute nouvelle implantation de grandes surfaces alimentaires de plus de 1 000 m² » pour protéger les commerçants et artisans de l’alimentaire.

« Petits producteurs »

Pour protéger les « petits producteurs français », elle recommande par ailleurs de rejeter tout traité qui les fragiliserait, à l’image du Ceta. Autre objectif crucial, selon elle : la réaffirmation du lien alimentation environnement. « L’industrialisation des productions agricoles est un problème environnemental majeur qui nuit inévitablement à l’image des filières agroalimentaires, affirme l’association. Il est urgent de repenser nos modes de production dans un souci de respect de la biodiversité. Cela doit se traduire par une volonté politique affichée pour valoriser et favoriser les productions raisonnées, l’agriculture à taille humaine, familiale et biologique. » Et d’engager le prochain gouvernement à encourager à son tour l’agroécologie.