Affublé d’une veste-chemise-cravate et d’une paire de bottes, le « candidat idéal » de la Coordination rurale (CR) ne ressemble à personne. Normal, car « ce qui importe, ce sont ses idées », explique le syndicat.

Dans un communiqué paru vendredi, la CR annonce qu’elle envoie à l’ensemble des candidats « une silhouette de 1,70 m, un patchwork de différents visages ». Et surtout, un dossier expliquant les dix mesures structurelles à mettre rapidement en place.

  • se creuser la tête pour replacer l’agriculture à la place stratégique qu’elle devrait occuper ;
  • savoir donner de la voix pour arracher l’exception agriculturelle à l’OMC ;
  • taper du poing sur la table pour mettre en place une régulation des productions et des marchés à l’échelle européenne ;
  • être en jambes pour constater sur le terrain le résultat de la politique agricole ;
  • être droit dans ses bottes pour fixer des priorités politiques claires et tenir parole ;
  • avoir de bonnes oreilles pour écouter les propositions de tous les syndicats ;
  • ne pas jeter de la poudre aux yeux pour réellement résoudre les problèmes ;
  • entamer un bras de fer pour que les agriculteurs aient des prix rémunérateurs à la production ;
  • mettre du cœur à l’ouvrage pour réformer en profondeur le financement de la protection sociale des agriculteurs ;
  • mettre un coup de pied dans la fourmilière pour revenir sur la surenchère normative envers les agriculteurs.

La CR a également sélectionné parmi ses adhérents 14 fermes réparties sur l’ensemble du territoire pour « accueillir les candidats qui souhaiteraient échanger de vive voix avec les agriculteurs et connaître, en plus des 10 mesures phares présentées dans le dossier, l’ensemble des propositions portées par le syndicat ». Ces exploitations mettront notamment à disposition leur comptabilité « afin d’illustrer la situation que vivent les agriculteurs depuis plusieurs années ».