« Depuis treize jours, les éleveurs assistent au massacre de leurs bêtes sans pouvoir agir, alertent la FNSEA, Jeunes Agriculteurs et la FNO. À la veille du 14 juillet, fête nationale révolutionnaire française synonyme de liberté, les éleveurs lancent un cri d’alarme pour pouvoir défendre librement leurs animaux. »

« Zéro attaque »

Les syndicats font le constat de 13 jours de vide juridique, de massacre et d’angoisse. « Face à cette situation, que dire du bien-être animal des animaux domestiques prédatés », interrogent-ils, revendiquant « Zéro attaque » et la publication immédiate de l’arrêté « pour exercer leur métier en toute sérénité. ».