Selon la Confédération paysanne, le prélèvement de 24 loups prévu dans le plan récemment validé par les ministres de l'Ecologie et de l'Agriculture, Delphine Batho et Stéphane Le Foll, ne changera rien à la situation.

« Ce plafond garantit avant tout l'augmentation de la population du loup », indique le syndicat dans un communiqué du 22 mai 2013.

« L'Etat doit solliciter la Commission européenne et les Etats membres pour modifier le statut "d'espèce strictement protégée" dans l'annexe 4 de la directive sur l'habitat, et appliquer concrètement les possibles dérogations non exploitées à ce jour permettant la mise en place d'une régulation efficace, qui garantisse la pérennité des élevages. »