Une trentaine de moutons et un poulain ont été tués dans le sud du Massif vosgien (Lorraine) au cours des deux derniers mois.

Un poulain de deux mois a été tué dans la nuit du 20 au 21 mai 2011 à la Bresse par un mystérieux prédateur. Trois jours auparavant, cinq agneaux et une brebis avaient été retrouvés égorgés, à Cornimont, commune proche. Ce qui porte à trente et un le nombre d'ovins tués dans le secteur, les autres animaux ayant été retrouvés à Ventron, à 5 km de Cornimont.

Pour le service départemental de l'ONCFS (1), il s'agit d'un canidé, sauvage ou domestique. « La piste du lynx, présent dans le massif depuis vingt-cinq ans, a été écartée en raison de la façon dont les moutons ont été égorgés », précise Benoît Clerc, chef du service départemental. Quant au loup, sa présence dans les Vosges n'est pas, pour l'heure, avérée.

Recherche d'ADN et piégeages photographiques

Afin d'identifier le « coupable », l'ONCFS étudie les empreintes, les excréments, les poils retrouvés sur place. Un séquençage génétique sur des excréments a permis de mettre en évidence la présence d'un renard, mais celui-ci est un prédateur secondaire.

Des piégeages photographiques et des tournées nocturnes des agents de l'ONCFS ont été réalisés, sans succès. Le lundi 23 mai 2011, entre 4 et 6 heures du matin, la gendarmerie a effectué une surveillance par hélicoptère, avec une caméra infrarouge, sans plus de résultat.

A ce stade, on ne peut exclure le lâchage « sauvage » d'un loup, comme cela avait été le cas pour des lynx en Suisse, il y a quelques années, par des associations de protection de la nature.

En 1994, un loup avait sévi à Darney, à l'ouest du département. Il a été abattu, enterré et déterré par les services vétérinaires, qui ont effectué des analyses. Selon l'hypothèse émise à l'époque, il avait pu être introduit illégalement.

______ 

(1) Office national de la chasse et de la faune sauvage.

Pas d'indemnisation de l'état

A Ventron, Olivier Munsch fait partie des trois éleveurs de la commune dont des moutons ont été tués. Il doit renforcer la surveillance de ses prés situés dans un rayon de 8 km autour de l'exploitation. « Je passe tous les jours, ce qui n'était pas le cas auparavant. » La présence du loup n'étant pas certifiée, aucune indemnisation n'est prévue de la part de l'Etat. Mais la communauté de communes, le conseil général des Vosges et le conseil régional réfléchissent à des compensations financières.

Lire également :

D.P.