La pousse des prairies en octobre est déficitaire sur plus des trois quarts des régions fourragères, et seules la Franche-Comté et le Rhône-Alpes bénéficient d'une production mensuelle supérieure à la référence, indique vendredi le service de la statistique et de la prospective du ministère de l'Agriculture. La dégradation de la production, amorcée à partir de la mi-août, s'en trouve accentuée.

La production cumulée des prairies permanentes au 20 octobre est dans la norme annuelle (estimée à 98 %), en chute de 5 points cependant par rapport au mois précédent.

Globalement, dans les régions fourragères où la pousse d'été – automne est déficitaire, ce qui concerne 60 % d'entre elles, l'indice ISOP s'est dégradé.

Le déficit de production s'est ainsi aggravé sur une zone couvrant l'Aquitaine, le Midi-Pyrénées, le Limousin, le sud de la Région Centre, jusqu'au sud-est de la Champagne.

En revanche, les régions du Nord-Ouest, de la Franche-Comté, du sud de la Bourgogne et d'une partie du Rhône-Alpes ont bénéficié d'une pousse d'été – automne supérieure ou très supérieure à la pousse d'été – automne de référence, ce qui a permis de maintenir un niveau de production annuelle supérieur à la production annuelle de référence.

Mais seuls la Bretagne, le Nord-Pas-de-Calais et la Franche-Comté terminent la campagne avec une production excédentaire.