La FNP (Fédération nationale porcine) et Coop de France bétail et viandes se sont félicitées, mardi dans un communiqué, de la décision de la Commission européenne d'accorder des restitutions en viande porcine.

«Cette mesure qui répond aux demandes formulées depuis le début de la crise par les organisations professionnelles et l'Etat français doit permettre de renforcer la capacité exportatrice des entreprises européennes confrontées notamment à une parité euro/dollar très défavorable et à des coûts de production très élevés», indiquent les deux organisations. Elles en appellent à «la responsabilité des entreprises françaises pour qu'elles utilisent au maximum les possibilités offertes par ces restitutions afin que cela se traduise dans le prix de marché.»

Cependant, la FNP et Coop de France bétail et viandes considèrent que «cette mesure, bien que très importante pour le marché, ne saurait à elle seule réparer les dégâts financiers causés aux éleveurs par cette crise brutale résultant de la très forte augmentation des coûts de production». C'est pourquoi elles «réitèrent leur demande, auprès des pouvoirs publics, pour que des mesures d'allègement de charges soient mises en oeuvre rapidement pour aider les éleveurs de porcs à faire face à leur déficit conséquent de trésorerie».

Les deux organisations invitent également à «la solidarité de l'ensemble des acteurs du secteur porcin pour soutenir la production dans cette crise afin de l'aider à surmonter les difficultés et préserver ainsi l'activité économique future de l'ensemble de la filière porcine française».

De son côté, Michel Barnier, ministre de l'Agriculture, «accueille avec satisfaction» la mise en place de restitutions, «une mesure, très attendue par la filière porcine française et considère qu'elle est de nature à soulager un marché très encombré», indique un communiqué du ministère.

Lire également: