« Les éleveurs français continuent d’être les dindons de la farce d’une filière porcine où chaque acteur tire la couverture à lui en espérant être le dernier survivant », protestent-ils. « Depuis longtemps, nous réclamons un renforcement de l’organisation économique des producteurs pour éviter de perdre de la valeur en allant en ordre dispersé face aux acheteurs. Mais rien n’y fait ! »

Attention aux contraintes sans rémunération

FRSEA et JA alertent également sur le jeu des enseignes de la distribution, « qui imposent des contraintes supplémentaires aux éleveurs, se cachant soi-disant derrière une demande du consommateur ». Des contraintes qui se font souvent sans rémunération supplémentaire pour l’éleveur. Au passage, les syndicats critiquent les groupements de producteurs, « soi-disant missionnés pour vendre au mieux les cochons des éleveurs, [qui] font la queue devant la porte de ces enseignes pour être référencés ».

Une montée en gamme décidée collectivement

FRSEA et JA ne refusent pas une « montée en gamme prônée par le président de la République », à condition que celle-ci soit « décidée collectivement via les plans de filières construits par les interprofessions », seul moyen pour voir les éleveurs rémunérés à un juste niveau.