Le Sniv-SNCP réaffirme mardi dans un communiqué « son engagement aux côtés des éleveurs pour faire aboutir » le dossier de la mention de l'origine géographique sur les produits de charcuterie.

Il menace de demander au ministre d'intervenir au cas où les charcutiers salaisonniers refuseraient de signer un accord interprofessionnel visant à rendre obligatoire l'indication d'origine sur les viandes fraîches et les produits de charcuterie.

« Les entreprises de viandes françaises sont mobilisées pour obtenir la mention de l'origine des viandes, car si l'on veut mieux valoriser la production de nos éleveurs français, il faut commencer par mieux identifier cette offre, aujourd'hui banalisée dans une Europe de la compétition », déclare Jean-Paul Bigard, le président du Sniv-SNCP.

Le syndicat d'abatteurs-découpeurs juge inacceptables « les propositions formulées par la FICT de limiter l'indication d'origine aux seuls tracts promotionnels de la grande distribution. Le consommateur doit connaître la provenance des viandes et produits de charcuterie qu'il achète. Il faut mettre fin aux tromperies des mentions "transformé en France" ou "élaboré en France" pour des produits fabriqués à partir de viandes espagnoles ou allemandes. »

Le Sniv-SNCP va jusqu'à demander au ministre de l'Agriculture, au cas où la FICT, qui représente les salaisonniers charcutiers à Inaporc, refuserait de signer un accord interprofessionnel, de « mettre en oeuvre les dispositions qu'il a faites adopter dans le cadre de la LMA, en rendant obligatoire par décret l'étiquetage d'origine sur l'ensemble des produits de charcuterie ».

_____

Fict : Fédération française des industriels charcutier traiteurs.