La Fédération nationale porcine (FNP) estime lundi dans un communiqué qu'il est « urgent de lever le blocage » russe vis-à-vis des exportations françaises de viande porcine. Elle attend « plus que jamais des discussions bilatérales (entre Paris et Moscou, NDLR) pour sortir de cette impasse », et promet des actions syndicales dans les prochains jours auprès des préfets, ainsi que des contrôles de l'identification de l'origine des produits.

La FNP rappelle que la Russie a décrété un embargo sur les produits porcins en provenance de l'Union européenne à la suite de la découverte de sangliers atteints de peste porcine africaine (PPA) en Lituanie à la fin de janvier. Conséquence : « Depuis la fin de janvier, le cours du porc au Marché du porc breton a perdu 8 cts/kg », calcule le syndicat.

La FNP constate que « les négociations entre la Commission européenne et les autorités russes pour aboutir à des mesures de régionalisation s'enlisent ». D'où l'idée de défendre les négociations bilatérales. « Dans ce contexte, la démarche [...] « Le Porc français » doit être une garantie à l'exportation, mais aussi dans les linéaires pour marquer la solidarité de la filière. »

E.R.