L'Institut français du porc (Ifip) a noué jeudi en France un accord de coopération avec le groupe public chinois Bright Food pour l'aider à améliorer la qualité de sa production porcine, a-t-on appris auprès du cabinet du ministre délégué à l'Agroalimentaire, Guillaume Garot, qui parrainait la signature.

L'Ifip va notamment apporter au groupe chinois ses compétences en matière de génétique.

Bright Food, basé à Shanghaï et contrôlé par l'État chinois, est le deuxième groupe agroalimentaire chinois. Il a la spécificité de produire, transformer et distribuer des denrées alimentaires et essaie depuis plusieurs années de se développer à l'international, comme l'an dernier lorsqu'il a racheté le célèbre fabricant britannique de céréales Weetabix.

Il produit 500.000 porcs par an alors que la production chinoise s'élève à 600 millions de bêtes (contre 23 millions en France), rappelle-t-on au ministère.

La France renforce ses liens dans ce domaine avec la Chine et attend toujours de Pékin le précieux sésame qui donnera à la charcuterie française accès au gigantesque marché chinois.