La FDSEA et les JA du Finistère portent plainte auprès du procureur de la République à la suite de la découverte faite par leur « police des viandes » dans un camion espagnol intercepté dans la soirée du mercredi 15 mai 2013.

Alors qu'elle était « à la recherche de la mention d'origine des viandes », cette « police », composée à cette occasion d'une centaine d'éleveurs de porcs, a intercepté un camion espagnol transportant de la viande non tracée, indique un communiqué de la FDSEA et des JA du Finistère.

« Devant le refus du chauffeur de les suivre jusqu'à la préfecture ou même de présenter les papiers d'origine de la viande qu'il transportait, les éleveurs ont ouvert le camion sur place pour contrôler l'origine de la viande. Quelle ne fut pas leur surprise ! La viande était vierge de toute traçabilité : aucun étiquetage, aucune identification, aucune origine ! Il n'était même pas possible de déterminer le type de viande : boeuf, porc ou cheval », déplorent les éleveurs.

« Scandalisés par cette découverte », les responsables de la FDSEA et des JA présents sur place sont allés à la rencontre du préfet du Finistère pour « demander des comptes à l'Etat. La traçabilité de la viande étant inscrite dans la loi, le transport de cette viande sans origine s'est fait dans l'illégalité la plus totale », affirment les éleveurs.

La FDSEA et les JA ont décidé de porter plainte auprès du procureur de la République pour infraction sur l'identification de l'origine des viandes. « Même si le préfet a assuré qu'il questionnerait ses services, la FDSEA et les JA ne se satisferont pas d'une réponse politique de plus ! », préviennent les deux syndicats.