La FDSEA et Jeunes Agriculteurs du Finistère tordent le cou aux bruits évoquant l'export de porcs en vif comme cause de la mauvaise santé des abattoirs bretons.

« La zone Uniporc ouest exporte 40.000 porcs en vif par an, soit près de 770 porcs par semaine. Sur une production de 20 millions de porcs, l'exportation en vif ne représente donc que 0,2 % de la production : la rentabilité des abattoirs bretons n'est pas mise à mal par l'existence d'exportation de porcs en vif », explique un communiqué des deux organisations.

Les syndicats ajoutent que l'exportation en vif représente un outil efficace de gestion de marché. Ils estiment qu'il se révèle « souvent efficace pour obtenir une hausse ou une non-baisse des cours du marché. »

La FDSEA et Jeunes Agriculteurs souhaitent voir les groupements se réunir plutôt que se diviser sous la pression des commentaires jugeant l'exportation improductive. « Ce n'est pas en divisant la profession porcine que l'on arrivera à trouver des solutions pour notre avenir », expliquent les deux syndicats.