Plusieurs dizaines de milliers de porcs sont morts ou ont été abattus cette année en Chine après avoir été touchés par une maladie communément appelée maladie de l'oreille bleue, accusée d'avoir fait flamber les cours de la viande.

L'épizootie de Syndrôme Reproducteur et Respiratoire Porcin (SRRP), dont les premiers cas sont apparus l'année dernière, est désormais présente dans 26 provinces chinoises, avec son arrivée annoncée par le ministère de l'Agriculture dans le Shanxi (nord), à quelque 550 kilomètres à l'ouest de Pékin, a annoncé vendredi l'agence Chine Nouvelle.

Des experts, cités par des médias occidentaux, ont cependant exprimé des doutes sur ces chiffres, soupçonnant une crise de bien plus grande ampleur, et un virus devenu plus virulent à la suite d'une mutation.

Le cheptel porcin chinois comptait quelque 482 millions de têtes en 2004 selon des statistiques du ministère de l'Agriculture.

L'épidémie a notamment été incriminée dans la hausse vertigineuse des prix du porc, même si des analystes mettent aussi en avant l'augmentation du prix des céréales fourragères.

En juillet, l'inflation très élevée a été uniquement due au bond des prix des produits alimentaires - représentant 30% du budget des ménages - et notamment de la viande, qui a augmenté de plus de 45%.

Or le porc représente 65% de la viande consommée par les Chinois, qui en sont les premiers amateurs au monde (47% du total mondial).

Les prix de gros du porc ont eux pratiquement doublé (+85,8%) entre juillet 2006 et 2007.