Les stocks de pommes et de poires à la fin de décembre 2012 étaient très inférieurs à ceux de 2011 à la même période, selon une publication du service de la statistique et de la prospective (SSP) du ministère de l'Agriculture, mercredi 23 janvier. La faiblesse des récoltes de 2012, liée aux conditions climatiques printanières, pourrait expliquer l'essentiel de ce niveau, selon cette note de conjoncture.

A la fin de décembre 2012, les stocks de pommes étaient inférieurs de 35 % à ceux de décembre 2011 (-36 % par rapport à la moyenne quinquennale de 2007-2011). Selon les dernières estimations, la production de pommes en 2012 reculerait de 25 % par rapport à 2011 et de 23 % par rapport à la moyenne quinquennale.

Les prévisions de Prognosfruit annoncent une récolte européenne 2012 inférieure de 9 % à celle de 2011 et de 6 % à la moyenne 2007-2011, figurant parmi les récoltes les plus faibles de ces dix dernières années.

Bénéficiant d'une offre réduite dès le début de la campagne, les cours avaient démarré fort, au dessus de la moyenne de 2007-2011 (+ 21 %). Et ils avaient continué de grimper à +44 % au dessus de la moyenne quinquennale en octobre au bénéfice d'une activité à l'export soutenue. En décembre, l'indice des prix était supérieur de 51 % à la moyenne 2007-2011.

Les réserves de poires étaient, quant à elles, inférieures de 32 % à la fin de décembre 2012, comparées à celles de l'année dernière à la même époque (-27 % par rapport à la moyenne quinquennale 2007-2011). Selon les dernières estimations, la production de poires en 2012 reculerait de 27 % par rapport à 2011, année où la récolte fut importante comme partout en Europe. Elle se situerait en dessous de la moyenne sur cinq ans (-23 %).

Prognosfruit table sur la plus petite récolte européenne de poires de table depuis diix ans, en retrait de 16 % comparée à la moyenne de 2007-2011.

Après un début de campagne de commercialisation à l'équilibre, l'indice des prix se maintenait en décembre à 34 % au-dessus de la moyenne de 2007-2011.