Le gouvernement français est encore insuffisamment organisé pour faire appliquer une politique de l'eau efficace et répondant aux exigences communautaires, a estimé mercredi la sénatrice Fabienne Keller, en présentant un rapport sur le pilotage de la politique de l'eau.

La France apparaît «au milieu du gué» dans sa gestion de l'eau, en matière d'organisation administrative, de budget et de coordination des actions de l'Etat et des collectivités territoriales, a ajouté l'élue UMP du Bas-Rhin.

La loi du 30 décembre 2006 a certes permis de doter la France d'un nouveau cadre réglementaire et financier pour sa politique de l'eau. Mais quelques mesures techniques additionnelles permettraient de rendre l'ensemble plus efficace, a plaidé Mme Keller.

«Il y a encore beaucoup de marge de progression dans la coordination nécessaire des acteurs de la politique de l'eau», a-t-elle souligné.

Elle a relevé que nombre de personnes affectées aux contrôles provenaient du ministère de l'Agriculture et non celui de l'Ecologie. Il y a là le risque «d'un vrai conflit d'intérêt», dans la mesure où les problèmes d'irrigation restent du ressort du ministère de l'Agriculture.