Ce vendredi 17 juin 2016, Pierre Pagesse, ancien président du think-tank Momagri (Mouvement pour une organisation mondiale de l’agriculture), a présenté, à l’occasion des matinées d’information MatinAgri, son projet de politique agricole commune.

« La politique agricole européenne est désuette et ne répond plus aux besoins des agriculteurs », a débuté l’ancien président de Limagrain. C’est pourquoi il a lancé en 2005 le mouvement pour une organisation mondiale de l’agriculture.

Pierre Pagesse souhaite une réforme de la Pac qui « protège les agriculteurs du marché », avec un retour à la régulation des marchés agricoles européens. Pour cela, il prône la mise en place d’une aide contracyclique qui permettrait « d’aider les agriculteurs au moment où ils en ont réellement besoin. Comme cette année par exemple, a-t-il poursuivi, où la crise agricole est le reflet de l’incapacité de la politique agricole européenne actuelle à protéger nos producteurs ».

Une politique internationale

« Le secteur agricole ne prend pas la place qu’il devrait prendre au sein des négociations internationales », d’après lui. Il plaide donc pour la création d’une politique agricole commune internationale avec l’intégration des questions agricoles au G20, qui représente 86 % de la production agricole mondiale et 80 % de la consommation.

« La consommation étant rigide et les producteurs tellement épars que toute mutualisation des risques prix par un système assuranciel est impossible à l’échelle internationale », a-t-il déclaré. Pierre Pagesse souhaite donc une coordination de la politique ainsi qu’une discussion sur les thématiques agricoles lors du G20.

« Il y a du boulot ! », a conclu l’assistance qui se questionnait sur la faisabilité de ces projets. Affaire à suivre pour 2020, l’ancien président de Momagri se disant confiant pour l’avenir…

Lire également :

Pac post-2020 : rendre les aides contracycliques (3 juin 2016)

C.L.J.