Là où les pluies sont tombées de manière significative, le risque d'anthracnose est réel. Sur pois d'hiver, la maladie était souvent présente mais n'a pu s'exprimer compte tenu des conditions très sèches.

Les symptômes sont des nécroses violacées sur la base des tiges puis des ponctuations brun foncé sur les feuilles. En l'absence de protection, la perte de potentiel peut atteindre 25 q/ha.

Plusieurs spécialités sont homologuées contre la maladie, mais celles à base de chlorothalonil offrent le meilleur rapport qualité-prix. Le traitement est à renouveler après chaque cumul de 20-30 mm de pluie.

En présence de pucerons verts, il est possible d'adjoindre un insecticide spécifique afin d'économiser un passage.