« C’est un accord qui est historique et qui va nous faire gagner cinq ans par rapport au calendrier que nous nous étions fixés », s’est réjoui lors d’une conférence de presse Pierre Camani, président du conseil départemental. « Nous sommes le premier département en France à saisir l’opportunité de la procédure lancée par le gouvernement à Cahors », a-t-il affirmé.

Le Lot-et-Garonne, département rural du Sud-Ouest, a bouclé un dossier de déploiement de la fibre optique qui fait suite au plan du gouvernement en matière d’aménagement numérique des territoires, présenté par le Premier ministre Édouard Philippe le 14 décembre.

L’accord, conclu via le comité syndical « Lot-et-Garonne numérique » avec l’opérateur Orange, utilise les appels à manifestation d’engagement locaux (Amel) encouragés par l’État et qui offrent la possibilité aux opérateurs privés de s’associer aux acteurs publics.

Déployée sur 305 communes à faible densité de population

Ce partenariat va permettre de déployer la fibre optique sur les 305 communes à faible densité de population (sur un total de 319 communes) que compte ce département de 333 000 habitants d’ici à 2023.

L’investissement est estimé à 200 millions d’euros dont 80 financés par de l’argent public, avec à la clé 300 emplois créés.

Pour ce département coincé entre les métropoles de Toulouse et Bordeaux, « ces infrastructures vont booster l’économie locale, permettre à des gens de travailler à distance à la campagne, d’implanter de nouvelles entreprises, ou à celles déjà implantées de se développer beaucoup plus rapidement », a affirmé Jacques Bilirit, vice-président du conseil départemental.

Pour Jean-Marie Lanzi, maire du village de Montignac-de-Lauzun (300 habitants), le « déploiement de la fibre optique va permettre de maintenir sur place la population, voire même de l’accroître. Pour nous, c’est vital pour attirer les jeunes, pour garder nos quelques commerces de proximité ainsi que l’école ».

AFP