La Coordination rurale a adressé un courrier le 28 mai au service de prévention des risques sanitaires du ministère de l'Agriculture au sujet de la modification de l'arrêté relatif aux conditions d'utilisation des insecticides et acaricides à usage agricole en vue de protéger les abeilles et les autres pollinisateurs.

Le syndicat se dit opposé au projet d'arrêté notamment parce que les produits en question sont porteurs de la mention « Abeille » qui leur a été accordée lors de leur autorisation de mise sur le marché (AMM).

« Dès lors, si malgré cette mention, il était avéré que ces produits soient finalement toxiques pour les abeilles, il y aurait eu de la part du ministère de l'Agriculture (DGAL), qui accordait ces AMM jusqu'à aujourd'hui, une tromperie d'une extrême gravité », ajoute-t-elle.

Elle rappelle de plus que si « 80 % des cultures sont dépendantes des insectes pollinisateurs », il ne s'agit pas de 80 % des surfaces. « En effet, en termes de surface, les céréales représentent 9,2 Mha alors que les oléagineux ne représentent que 2,5 millions d'hectares et les vergers 150.000 ha », complète le syndicat agricole.

La Coordination rurale signale également qu'il n'existe pas d'expérience qui montre la toxicité des produits ayant obtenu la mention « Abeille ».