Alors que Ségolène Royal, ministre de l'Écologie, s'est engagée à interdire l'épandage aérien de produits phytosanitaires, la Coordination rurale (CR) « s'inquiète vivement » mercredi dans un communiqué, « de cette interdiction qui, au-delà d'un apparent mépris du métier d'agriculteur et de ses contingences de la réalité, révèle une complète déconnexion des réalités de la production agricole ».

« L'interdiction totale des épandages aériens aurait notamment des conséquences dramatiques pour les producteurs de bananes, qui ne pourraient plus lutter efficacement contre la cercosporiose noire, pour les viticulteurs de vignobles à forte pente et les riziculteurs, pour lesquels le passage d'engins mécaniques est impossible. Ces agriculteurs seraient alors dans l'impossibilité de produire tout simplement. Bien sûr elle précipiterait aussi les producteurs de maïs des zones exposées à la pyrale vers les variétés OGM », indique la CR.

« Face à ce grave danger, la CR salue et appuie sans aucune réserve la proposition de loi déposée le 14 mai dernier par des députés bien informés des questions agricoles. Celle-ci vise en effet à suspendre toute disposition qui conduirait les producteurs dans une impasse technique et qui mettrait donc en danger les récoltes à venir. »

Par ailleurs, « avant de se lancer dans de telles déclarations la CR invite la ministre de l'Écologie à se rapprocher des professionnels de l'écologie qui sont aussi ses agriculteurs. Ils pourraient avec elle élaborer des solutions fiables permettant de concilier la sécurité tant des citoyens que des cultures ».