Le 31 octobre, le téléphone du couple sonne, mais quand Bruno décroche, dès la première seconde, le ton est virulent. Un homme, qui ne dira pas son nom, exige que l’agriculteur arrête les traitements sur ses parcelles, faute de quoi, menace-t-il, il viendra avec son fusil pour tirer sur la cabine du tracteur.
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
8%

Vous avez parcouru 8% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !